27 mars 2014

Les choix de Christophe Miossec

Photographie : Alban Grosdidier
Le nouvel album de Miossec, Ici-bas, ici même (PIAS) est un de ses plus beaux de sa veine « apaisée ». Les arrangements auxquels a contribué Albin de la Simone, mettent en valeur la simplicité des mélodies et l'émotion des textes. L'auteur n’a pas la réputation d’écrire des chansons follement gaies, mais en interview, ce vrai timide révèle son visage drôle et généreux.






Livre
En littérature, il y a Chevillard. J’avais lu son premier livre (Mourir m’enrhume, 1987) paru aux Editions de Minuit. Il avait 21 ans, le même âge que moi ; et c’est un des gars qui m’a dégoûté de la littérature. C’est un vrai styliste. Là, il a publié 19 romans avec très peu de lecteurs parce que son écriture est très touffue, exigeante. Il a un blog (Le Blog d’Eric Chevillard) où il fait trois aphorismes par jour et du coup c’est fabuleux. C’est de l’écriture en roue libre. J’aime beaucoup sa façon de parler de l’écrivain… J’aimerais bien arriver à écrire des choses aussi drôles.





Disque

Je suis dans une phase un peu particulière de marche arrière. J’ai acheté un gramophone et j’écoute des 78 tours. Pour enregistrer ces disques à l’époque, il n’y avait qu’un micro, un seul jet, du coup, il y a une immédiateté fabuleuse. Avec le gramophone, il faut changer l’aiguille toutes les deux écoutes. La chanson se mérite. On est en pure écoute… Ce n’est pas qu’une lubie, ça me trotte dans la tête cette idée de micro fixe. Je suis dans la tendance non consommation, comme les écolos. La décroissance… à la vitesse grand v ! J'écoute surtout Antonio Machin, un artiste cubain qui est passé par New York et Paris. Sur mon album, la chanson « Qui nous aime » a comme une base cubaine. Mais le reste du temps, ce que j’écoute ne se retrouve pas sur mes disques, heureusement, ce serait n’importe quoi !


Deadwood / HBO


Films et séries

Je regarde un film par jour. Dernièrement, Holy Motors a été un gros choc. C’est affolant qu’on ne puisse pas remercier Leos Carax de faire des films pareils. Pour moi, c’est Le cinéma. Je ne trouve pas qu'il soit reconnu à sa juste valeur. Les critiques sont bégueules parce qu’il a planté des boîtes de prod, mais quand il y a des génies comme ça… Il y a le dernier film de Gaspar Noé, Enter the Void que j’ai vu il y a peu de temps. J’aime aussi beaucoup certaines productions suédoises et danoises. J’ai l’impression que c’est tout frais.
Les séries télé, je suis à fond. Pour moi, les Sopranos restent le top du top. Breaking Bad en dessous, Deadwood j’ai beaucoup aimé. Les dialogues étaient incroyables. Il y a aussi beaucoup de merdes. The Shield, j’ai aimé parce que c’était brutal et désagréable, mais Mad Men, j’ai beau essayé de m’accrocher, ça ne passait pas. The Wire non plus. J’ai bien aimé Broadchurch que j’ai regardé avec mon fiston (15 ans). Les séries font beaucoup de tort au cinéma…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire