21 avr. 2015

Elever ses enfants en Allemagne : Eolia à Francfort


Après avoir lu un article étonnant consacré aux étonnantes habitudes allemandes en matière d'éducation, j'ai eu envie d'en savoir plus. Les laisse-t-on aller à l'école tout seul très tôt tout, sont ils dehors par tous les temps ? Leur fiche-t-on la paix avec la lecture ?
J'ai donc cherché et interviewé des parents français qui vivent là-bas pour qu'ils nous racontent le choc culturel (ou non). Voir en quoi la méthode allemande pourrait nous permettre de faire les choses différemment, de lâcher un peu de lest.
Voici la première de ces discussions avec Eolia, une Française expatriée en Allemagne depuis septembre 2013.
Elle vit à côté de Francfort avec son mari et ses deux enfants (bientôt trois !). Son fils de 6 ans et est encore au Kindergarten (jardin d'enfant) et sa fille de trois ans n'y entrera qu'en septembre ("pas de places avant").

Sur l'autonomie (on n'est pas constamment derrière eux comme des parents hélicoptères)
Je suis dans l'ensemble du même avis que l'article. Bon, je suis française, et bien que les mamans françaises aiment savoir ce que font leurs enfants dans les parcs ou dans la rue, je pense que nous sommes encore loin des Américains qui s'inquiètent d'un rien et crient "appelez la police" quand un enfant de dix ans marche seul dans une rue...
Les premières fois où je suis allée au parc, il est vrai que j'étais "derrière mes enfants", surtout ma fille de 18 mois qui voulait faire comme son grand frère... J'ai vite compris que je pouvais m’asseoir sur un tronc d'arbre et papoter avec d'autres parents. Je surveille toujours du coin de l'œil mais sinon, je les laisse jouer. De toute façon, je pense que quand un enfant grandit, il doit pouvoir être libre de ses mouvements, dans des limites définies au préalable bien sûr.



L'autorité (les parents allemands sont réputés beaucoup plus cool que les Français)
Ce qui fait que les passants se retournent en général sur notre passage, c'est le fait que je n'hésite pas à "gronder" mes enfants en pleine rue si ils ne respectent pas les règles ou font un caprice. Mon français doit aussi les faire tiquer. Mais franchement, les mères allemandes sont plus "cool" en public.
Les enfants ont pour un grand nombre du mal à accepter l'autorité d'un adulte qui n'est pas leur parent ou leur prof. Si un enfant commence à s'agripper à une palissade (qui n'est pas faite pour ça) et que vous voyez que ce qu'il fait est dangereux ou peut causer des dégradations, je suis d'avis qu'il faut savoir intervenir (gentiment!) pour rappeler les règles de vie en communauté ou le danger encouru (surtout quand il n'y a pas les parents dans le coin). J'ai déjà eu à faire à des enfants allemands qui m'ont regardé comme si je débarquais d'une autre planète et qui ont continué avec dédain ou même "malice", leurs parents étaient à dix mètres sans lever le petit doigt, et les éducatrices tentaient de faire stopper lesdits enfants de faire n'importe quoi. Une éducatrice dans le Kindergarten de mon fils m'a dit un jour que certains parents laissent trop faire. Que l'idée de "laisser faire les enfants", "de développer leurs talents" etc n'empêchent pas de poser des limites et de leur enseigner à suivre les règles. Je lui ai répondu que cela semble malheureusement un problème qui se retrouve dans de nombreux autres pays.

Ils sont dehors par tous les temps.
C'est vrai ! Tant qu'il n'y a pas de tempêtes, les enfants iront dehors. Si il neige, ce sera une quinzaine de minutes, si il fait beau jusqu'à 2heures ! Mon fils aime énormément cet aspect-là. Il a été en première année de maternelle (petite section) en région parisienne, et le fait de devoir rester longtemps en classe l'ennuyait. Avec le Kindergarten allemand je pense qu'il se sent dans son élément. Il y a juste un bon équilibre entre activités extérieures, artistiques, jeux et apprentissages plus "scolaires" pour qu'il puisse se développer. Après, cela dépend des enfants...

On n'encourage pas particulièrement la lecture
Pas vraiment. Mon fils a très souvent des histoires contées dans sa classe, des livres sont à disposition et les éducatrices leur lisent volontier des histoires. Apprendre son alphabet et ses chiffres semblent normal dans son Kindergarten... On m'encourage même à lui lire en français et en allemand.
J'ai récemment eu une réunion d'information dans la future école de mon fils pour son entrée en 1. Klasse (1ère année d'école, équivalent du CP). Le directeur et deux enseignantes nous ont présenté l'école et ce que les enfants feront lors de leur première année. J'ai remarqué que les enfants peuvent se lever plus facilement de leur chaise et qu'il y a des temps interdisciplinaires. De plus, l'école insiste sur le développement musical et les mathématiques. Ce qui plait beaucoup à mon mari (les maths) et moi-même (la musique). Les enfants ne doivent pas savoir compter et lire en entrant à l'école primaire. C'est là qu'ils apprennent. Bien sûr, savoir écrire son nom et connaître les chiffres sont des compétences enseignées au Kindergarten et donc sensées être acquises...
Début mai, les enfants viennent à l'école passer des "tests" - qui sont en fait des jeux -, afin que les enseignants puissent évaluer brièvement ses compétences, sa personnalité, etc. Ils pourront alors créer des classes selon leurs observations et ne pas se retrouver avec 21 élèves turbulents/vivants, ou 21 introvertis, ainsi de suite. Je trouve que c'est une bonne idée pour initier les enfants à leur future école et les mettre à l'aise.

Qu'avez-vous changé dans vos habitudes ?
J'avoue que mon emménagement en Allemagne m'a fait changer quelques petites choses, mais dans l'ensemble, certains principes (plus de jeux libres, jeux en extérieurs, liberté de déplacement dès un âge raisonnable, etc) étaient déjà les miens. Je suis très heureuse de pouvoir faire profiter mes enfants de cet environnement, qui était le mien lorsque j'étais enfant dans une petite ville du Sud de la France (Céret, Pyrénées-Orientales). Les enfants allant à l'école seuls à 8 ans étaient monnaie courante et je suis ravie que mes enfants puissent faire de même ici (en région parisienne, c'eut été un peu plus difficile).

Un grand merci Eolia pour ce témoignage !


 * Eolia est aussi blogueuse, vous pouvez la lire et suivre ses aventures et questionnements sur La Cité des vents !

Photos Eolia

2 commentaires:

  1. Merci Florence! J'ai hâte de voir ce que les autres personnes vont dire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi ! Un autre témoignage début mai ;)

      Supprimer