7 mars 2016

Les délices de Tokyo - la minute cinéphile


Encore à l'écran (sorti fin janvier, faites vite), ce film aux 8 nominations à Cannes porte bien son nom. Vu la semaine dernière, si vous avez envie de douceur et de lenteur, ce film est pour vous


Le pitch : Sentaro, quadragénaire taciturne, tient une échoppe de dorayakis (pâtisseries japonaises traditionnelles : deux pancakes fourrés d'une pâte de haricots  rouges confits). Ses clientes sont essentiellement des collégiennes qui l'agacent fortement et en plus, il avoue ne jamais avoir pu manger l'un de ces dorayakis jusqu'au bout. 



Tokue, une attachante vieille dame s'arrête un beau jour de printemps et lui propose ses services (il n'est pas rare de voir des gens âgés effectuer des petits boulots d'appoint au Japon). Elle se voit congédiée sans grand ménagement mais ne lâche pas l'affaire puisqu'elle revient quelques jours plus tard avec une pâte de haricots rouges de son cru. Vous imaginez la suite. Sentaro est sublimé et les clients ne tardent pas à affluer. Dans la boucle on a aussi Wakana, une ado fugueuse et son canari. Ce trio un peu cabossé ne tardera pas à fonctionner et à retrouver goût à la vie au contact de l'autre. Où il est beaucoup question de liberté (qui est libre, qui ne l'est plus, qui en a longtemps été privé), de foi absolue dans des forces invisibles (la lune, le vent, les haricots qu'il faut savoir remercier et écouter avant de les cuisiner). Tokue, d'une sagesse et d'une douceur extrêmes, prend le temps de s'extasier devant les cerisiers en fleurs, le bruissement du vent dans les arbres, le rayonnement du soleil à travers les nuages et la fragilité de l'instant.  



Emouvant, poétique, tout en subtilité et en spiritualité (non on n'est pas au pays des bisounours où le joli conte se termine bien), ce tout dernier film de Naomi Kawasé a su nous emmener loin avec délectation. On pensera à offrir le roman de Durian Sukegawa dont ces délices de Tokyo ont été tirés. 


Sayonara et bon lundi tout doux à tous ! 

(Photos : Allo ciné)


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire